Partie de / Part Of (f):

A la fois départ et origine, unité et morcellement, cette exposition propose des installations aux images «impaires» qui allient le tangible à l’intangible, incorporent l’invisible au visible, allient intérieur et extérieur, confondent l’au delà et l’ici bas. Suivant un processus en libre assemblage: images, mots, vidéos, formes, concepts, objets, matériaux, gestes accumulés au cours d’une période plus ou moins déterminée, se rencontrent, se répondent, se croisent, rebondissent mais aussi s’affrontent, s’annulent, se détruisent, jouent à saute mouton. Mémoires archivées au fil du temps et au hasard des événements, sans concept préétabli, s’organisent au fur et à mesure pour trouver des liens entre elles, leurs caractéristiques analogiques comme antinomiques précipitant ma démarche vers cette continuité associative. Un système de résonance bilatérale s’établit alors, entre des éléments à consonance  souvent opposée tel que l’intime/universel , intérieur/extérieur, noir/blanc, le sujet/l’objet , fragile/solide, léger/lourd, opaque/transparent, ombre/lumière etc... Dans ce va-et-vient, cet échange perpétuel circulant entre des unités contradictoires, réside l’équilibre paradoxal des tensions. Se crée alors, un mouvement en boucle reliant les  différentes parties en un récit sans début ni fin.

Dans l’année précédant l’exposition programmée au village des Arts d’Octon, le décès de mon père, en mai 2018, est devenu un élément central et sensible de mon travail artistique ravivant des questionnements sur les notions de perte, d’origine et d’identité. Suite à ce deuil pendant les mois de mai, juin, juillet et août 2018, je me suis astreinte, quotidiennement, à dessiner son portrait d’après une photographie choisie avant tout pour la bienveillance de son regard. Ce geste répétitif, d’une discipline rigoureuse et contraignante, est devenu le moyen d’inscrire, de contenir cette expression dans ma mémoire, de l’archiver, pour qu’elle se transforme en lien incontournable de son image. Suivant le système d’assemblage décrit ci-dessus, cet événement allié/confronté aux structures octogonales des cinq pavillons du village des Arts, à l’image de mon échographie cardiaque, aux figures des diagrammes circulaires, m’a amenée à cette thématique: “Partie de /Part Of(f)”. Cette forme basique de portion, quartier, part du gâteau, à la fois philosophique, burlesque, mathématique, pouvant être positive comme négative va s’imposer, faire sens  et nouer les différentes  pièces de cette exposition non seulement entre elles, mais aussi au lieu architectural et à leur site. Ainsi ,une mise en abîme s’opère: intérieur et extérieur résonnent et affichent au delà de leur opposition et de leurs différences spatiales, leur perméabilité, leur communication et indivisibilité.

             L’exposition “Partie de /Part Of(f)” présente les installations suivantes : “L’Ere du Kaleidoscopic “, “Paysage Sélénien“, “ Infinitif”, “Hommages Impairs”, “Dos à Dos”,  « Tombée du ciel », “Still Life”, « Peaux de Cladodes” comme plusieurs mouvements d’une même partition, se découvrant  à la fois individuellement mais aussi dans leur ensemble. Le spectateur est invité physiquement à y prendre part et à se joindre à cette danse lente associée à la forme musicale particulière du “Tombeau”.