Note sur l’installation 3: Antre Trois

L’installation "Antre trois » est constituée de trois structures en fer en forme de parallélépipède rectangle de1m 86 de hauteur x 0,64m x0,35m, elles sont recouvertes de tissu et évoque une stature humaine. Sur leur côté frontal et au niveau de leur partie supérieure, un orifice, à hauteur adéquate, permet au spectateur d’y insérer la tête, de voir et d'écouter avec un casque les vidéos « Déjà vu" 1, 2 et 3. Des images formatées selon trois cercles défilent au travers un aquarium remplie d'eau et suivent les notes de la sonate « Au Clair de Lune « .  
Composée, par  Ludwig von Beethoven en trois mouvements aux rythmes différents, elles correspondent, dans cette installation aux trois différentes structures, leur donnant ainsi un sens de lecture défini 1, 2 et 3 . Brides plus ou moins rapides, les images de ces vidéos sont extraites d’archives cinématographiques ou personnelles se situant approximativement avant et pendant période la deuxième mondiale. Plans brefs, de bombardements, de la bombe A, d’hôpitaux, du dessin de l’arbre Logo publié en 1921 à propos du concept d’eugénisme, du «Chien Andalou» de Luis Bunuel, de photos de famille en noir et blanc: ce sont des va-et-vient incessants entre histoire individuelle et collective. A la surface de l'eau flotte de petites figurines similaires, représentant une femme à l'enfant en plastique transparent qu’un petit ventilateur fait dériver; certaines ont coulé et gisent au fond de l’aquarium.
 Une des particularités de cette installation se trouve dans sa forme finale révélée par le spectateur.rice . En effet, lorsqu’iel introduit sa tête, iel entre en symbiose avec la structure pour la métamorphoser .
The "Antre Trois" installation consists of three iron structures in the shape of a rectangular parallelepiped, 1m 86 high x 0.64m x 0.35m, they are covered with fabric and evoke a human stature. On their frontal side and at the level of their upper part, an orifice, at the appropriate height, allows the spectator to insert their head there, to see and listen with headphones to the "Déjà vu" 1, 2 and 3 videos. Images formatted according to three circles scroll through the through an aquarium filled with water and follow the notes of the sonata “Au Clair de Lune”.
Composed by Ludwig von Beethoven in three movements with different rhythms, they correspond, in this installation, to the three different structures, thus giving them a defined meaning of reading 1, 2 and 3. More or less fast flanges, the images of these videos are extracted from cinematographic or personal archives located approximately before and during the second world. Brief shots of bombings, of the A-bomb, of hospitals, of the Logo tree drawing published in 1921 about the concept of eugenics, of Luis Bunuel's "Andalou Dog", of black and white family photos : these are incessant comings and goings between individual and collective history. On the surface of the water floats small similar figurines, representing a woman with a child in transparent plastic that a small fan makes drift; some have sunk and lie at the bottom of the aquarium.
One of the peculiarities of this installation lies in its final form revealed by the spectator. Indeed, when they introduce their head, they enter into symbiosis with the structure to transform it.