“L’Ere du Kaleidoscopic”- 2019: 183cmx 120cmx25cm-papier-crayon-carton- film miroir-verre- 2019-

 Cette pièce est construite comme un château de cartes où celles-ci sont remplacées par le portrait de mon père au crayon  sur papier et carton. Elles sont semblables par le sujet mais différentes par l’objet puisque la date d’exécution du dessin change à chaque fois entre les mois de juin, juillet et août 2018. Les 5 bases constituant la pyramide sont en verre brut. Outre un rendu plus minéral, l’emploi de cet élément renforce l’équilibre de la structure: sa rigidité nivelle les cartes mais y ajoute aussi en opposition, d’autres propriétés comme celles d’être cassable et coupant. Le papier cristal posé sur les portraits protège et à la fois éloigne le dessin. Un film miroir collé au dos des cartes, renvoie, tout comme le verre, la lumière et donne à l’ensemble un air de kaléidoscope. Ainsi la force de gravitation : l’ici-bas, de par son architecture de château  de cartes, rejoint l’au delà du céleste.

Polyèdre Nativité Isocèle : Fer- Néon - 2m60x2m60x4m-2017 . Cette figure inspirée par  le polyèdre dans Melencholia De Dürer est ici posé au sol par l'une de ses arêtes .  Ses mesures  se référant au nombre d'or lui permettent de rester en équilibre . Les mesures du néon sont  calquées sur celles du triangle de base du polyèdre, alliant ainsi  surface plane et volume, le triangle  néon agissant comme une mémoire de la forme tridimensionnelle du polyèdre. 

 Matrice à l'Effeuillage : 2m20x1mx1m/ 2017- Tarlatane - fer - bois -interrupteur optique--: 2m20x1mx1m .projecteur diapositives. Cet ouvrage repose sur une double déconstruction car composé de traces en négatif  inscrites dans de la tarlatane des feuilles fanées de platane ramassées au sol et ayant aussi servies à la composition de l'installation "Still Life". Une fois 5 pans achevés ,  ils ont été rassemblés  pour former un volume rectangulaire. De part la transparence du tissu et sa composition voisine de la dentelle rendue par l’absence des feuilles, la projection d’une diapositive de griffures rouges apparaît-elle en 3 D. Dans cette installation l’aspect tridimensionnel de Matrice à l'Effeuillage est rendue par sa structure  et paradoxalement par l’absence de l‘objet initial : le vide de son empreinte permet à la projection de traverser la structure: 'abscence  devenant forme et  sens.

 SOUS SACHET

2001-2002

 

         

Depuis mon séjour aux Etats Unis, mon travail artistique, à l'origine abstrait fondé  sur une recherche  picturale et ses hasards, a évolué vers une création plus conceptuelle utilisant des matériaux  industriels allant du fer au vulgaire plastique (matériaux à l' état brut ou de récupération, particulièrement  abondant  dans la ville de Chicago).

 

"All in a bag / Sous sachet :" est une association de  deux différentes méthodes de travail, l'une plus intuitive  et  scuplturale  liée à la notion de transparence, l'autre plus conceptuelle dans sa méthode de réalisation , également liée à la notion de transparence  mais plus orientée sur la notion de production en série de l'objet de cosommation .

 

1)"Cash and Carry" est un ensemble de sacs  en plastique hermétiquement  fermés pour produits alimentaires. A l'intérieur  de ceux ci, se trouvent les résidus de travaux antérieurs, chaque résidu agissant comme mémoire d'un autre tout .

 

2)"Dry Cleaned Memories" porte la trace du  corps humain, d'une part dans sa forme invoquée par le porte -manteau en fer blanc et d'autre part, dans son contenu  à travers l'utilisation de matériaux speudo-hospitaliers  rappelant les sacs à perfusion , les radiographies . Pris individuellement, ces ceintres sont esquisses, empreintes  d'instants vécus, sciamment conservées par le nettoyage à sec .

 

3)"Airs Bags", bouées de sauvetage ,emballages, sacs préservatifs pour organes vivants, ils sont là pour protéger mémoires ,pensées d'un environnement  corrosif.

(Cette installation est aussi  plus scuplturale en raison de sa forme et présence dans l'espace) .

 

Toutes ces séries sont esquisses, assemblages et si chaque pièce est unique dans sa composition et existe en tant qu'entité subjective, elle fait aussi  partie intégrante d'un ensemble  plus conceptuel .

 

Wild life video

 

"ALL IN A BAG” 2001-2002


             Since I moved to the United States in 1991, my work has progressed from intuitive abstract paintings towards a more conceptual process of construction using materials such as steel, glass, light and plastic.

              In my recent work, I combine two working methods, one related to the art making process, the other deals with the process of mass marketing. The products of the art making process are considered precious and unique, while the products of mass marketing are considered inexpensive and common. The crossing back and forth between these two opposing processes leads to both a recognition of, and questioning of the works relative place in the present social economy.

             All in a bag / Sous sachet : is a body of work with the common idea of using plastic wrapping - hermetic and aseptic protection against the outside. Its transparency allows you to see the inside of it, while denying any tactile relation: the only bridge between these two opposites is through the memory
           
             The “Cash and Carry”: is an ensemble of food saver plastic bags hermetically sealed by a heat system. The inside of the bags combine the detritus of previous works, this detritus carries the particles of memory from the past works, and now in combination, acts to propose a new constellation from these previously discarded details.

               In “Dry Cleaned Memories” each piece is shaped by the implied form of the human body inherent in the clothes hangers shape. The bags have an opaque, translucent, almost invisible quality. Like I.V. bags they can be hung from a pole on wheels. The bags are like prints, ubiquitous X-rays of individual human moments.

              The “Airs Bags” are used as life buoys to protect memories. Whereas the previous works inhabit a more painterly realm. These works are more sculptural both in form and attitude towards space.

               These bags are assemblages, sketches - while each piece is unique in its composition and exists as an individual art work, each piece derives its full conceptual meaning through its participation in the collectivity of the installation .