Vue générale de l'installation Vidéo : "Entachées"

Enrobée  2015 Vidéo 2 en boucle du triptyque

Entachées: 1'47"

A gauche

Brest Même  vidéo 1/ 2015 en boucle du triptyque Entachées: 2'26"

 Au centre

 Dérobée  2015 Vidéo 3 en boucle du triptyque Entachées: 1'47"

à droite

Vidéo 1boucle 2':26'': «Brest Même»: Des tâches  rouges translucides laissent apparaître sporadiquement une photographie de l’artiste  à un an et demi, dansant  avec un nounours et prise à Brest même. Le son  en y est distordu et répétitif. 

Vidéo 2 boucle,1': 47'' :«Enrobée» La superposition d’une peinture  récente de l’artiste Joan Bettini fait  écho à une robe achetée par l’artiste  dans un thrift store de Chicago et portée lors du vernissage de son exposition « Voyage » à la galerie IDAO en 1996. Au début , on  entend  des paroles   se référant au Film «Jeanne D’arc » de  Dreyer. Les tâches rouges sont mises en résonance avec  des cris d’ enfants  manifestant ,et des bruits de ballon  sur un rythme cardiaque.

Vidéo 3 : boucle 1':47", «Dérobée»  . Au début, la même robe que dans la vidéo  numéro 2  est bercée par le clapotis du lac Salagou dont les taches rouges et blanches en laissent transparaître les profondeurs. Au bout d’une minute 47, temps de la vidéo  la robe coule. La bande son est composée  de la chanson «A la claire fontaine» chantée par l’artiste et enregistrée à l’envers.

 l’installation «Entâchées»

Le leitmotiv de ces vidéos consiste en des tâches rouges ne cessant de virevolter de façon aléatoire. Communes aux trois vidéos : «Brest Même», «Enrobée» et «  Dérobée», elles sont, à l’origine, des reflets du soleil dans de l’eau ,mais par des processus de superpositions d’images et de sons elles rencontrent des interprétations multiples et se transforment tantôt en ballon, tantôt en globules rouges ou blancs selon chacun. Elles sont  disposées selon l’ordre suivant: 

A gauche vidéo 2 «Enrobée»  au centre vidéo1 : «Brest Même» , à droite Vidéo 3  «Dérobée». Brest Même représentant le trait d’union de l’installation. En raison du caractère intime de ces trois vidéos, le niveau  du son s’apparente à la «sBerceuse/ rengaine» et s'écoute à bas volume. Le niveau du son va dépendre de l’espace  entre les vidéos afin que  chaque vidéo puisse être audible par -elle même  mais aussi avec les autres. 

"Entachées"  traitées par couches, par superpositions d'images , ces vidéos racontent une histoire  de profondeu ,d'en dessous ressurgissant sur le dessus de la scène. 
La transparence est le liant fictionnelle de ce triptyque réunissant en un même plan différents lieux et temporalités et invitant l'oeil du spectateur à s’y superposer, à son tour.

 

  • Pinterest Social Icon
  • Facebook Social Icon