« Hommages Impairs »

 est une installation vidéo à projection duelle à la fois frontale et rétro-projective présentant une vidéo en boucle de 8 minutes 48 rythmée par des changements de cadres , de formats (16/ 9, 4/3 ,portable , personnalisés ) présentés tantôt verticalement tantôt horizontalement parfois renversés ou inversés. Comme dans un jeu de construction, les plans s’empilent s’emboîtent, se rencontrent par croisement. Les différentes séquences sont ponctuées successivement par des syllabes sorties de la méthode semi- globale de lecture PAL /PIL/ POL/ PUL /PLA /PLI /PLO /PLU suivies de leur copie en effet miroir. Au départ assimilées au rythme cardiaque, elles scandent l’apparition de plans qui surgissent comme par magie et en claquement de main, puis tombant du haut de l’écran, s’allient aux différents thèmes et images en atterrissant parfois au centre de l’image parfois derrière. 

Les plans sont filmées, indifféremment, d’un portable ou d’une caméra numérique et sont initialement sans objet, étant juste liés à mon quotidien et s’avoisinent à une pratique de “l’esquisse numérique”. Le montage, à l’identique de ma démarche artistique, suit un procédé d’assemblage où les images en mouvement sont accumulées, mises bout à bout, découpées, superposées , collées, empilées et s’associent par analogie soit du thème, de la forme ou encore du son. Les bandes audio, sont, en général, toutes des prises de son direct et semblent souvent, désynchronisées en raison du procédé d’accumulation.Les battements de cœur synthétiques proviennent, eux, d’un enregistrement brut de mon disque dur en surchauffe.

 

De ce désordre de mémoires filmées et archivées, de cette apparente incohérence des formats et plans apparaissent des thèmes rythmés par les mouvements de l’eau, de l’air où il est question du  passage du temps, d’inspiration, «d’éternel retour».Vont se côtoyer  indifféremment, des scènes filmées lors de ma résidence d’artiste à Chicago (où j’ai vécu 12 ans), des plans de mes déambulations au lac Daumesnil, au Macval où j’ai pu voir des extraits  des messes données par mon professeur d’arts Plastiques Michel Journiac, des extraits de mon échographie cardiaque, un passage du film de Jean Luc Godard: «Le Livre d’Image», des portraits de mon père. Le tout est rythmé, tambour battant, par ces syllabes Pal Pil Pol Pul. Dans mon enfance étant dyslexique,  l’usage de cette méthode de lecture semi globale a rendu mon apprentissage de la lecture laborieux et douloureux. Une fois, mon père décédé, j’ai appris qu’elles formaient le mot de passe de son ordinateur, ce que j’ai perçu comme un ultime message de reconnaissance et bienveillance. La projection de la vidéo au système rétro projective  et en boucle, où début et fin n’apparaissent pas, permet au spectateur/acteur d’entrer dans l’installation à n’importe quel moment et de suivre le chemin de sa propre déambulation pour l’intégrer à son parcours et ainsi tel un objet sculptural, tourner autour de l’image en mouvement.