Lanterne rouge 2011: coton- tarlatane-- bois -fer- aluminiium- celluloïd- ampoule fil éléctrique- moquette- cables-
Lanterne rouge 2011: coton- tarlatane-- bois -fer- aluminiium- celluloïd- ampoule fil éléctrique- moquette- cables-

Lanterne rouge 2011: coton-tarlatane-bois -fer- aluminium-celluloïd-ampoule fil éléctrique-moquette-cables-

“Une tente close” en tissu  épais de coton blanc cassé de 4 côtés  égaux  (1mètre 85 de largeur 2 mètres 60 de haut chaque). Le côté face est une tenture dans laquelle a été découpée à échelle1m80x1m60 les contours de la peinture des Trois Grâces de Raphaël. Le morceau de tissu manquant a été remplacé par une pièce de tarlatane blanc- cassé, cousue au coton épais de la tenture ce qui permet une vision au travers. Du côté opposé, une ouverture rend l'intérieur de la tente accessible. Une  source d’éclairage rouge en forme de lampion  placée au centre de la tente donne à  celle-ci l’aspect d’une lanterne rouge géante et permet la projection de l'ombre portée rouge des trois Grâces dont l'échelle respecte la taille  moyenne d'une femme, c'est  à dire  environ 1mètre soixante cinq. Une moquette rouge est disposée à l‘entrée et à l ‘intérieur de la tente. L ‘enregistrement d‘une respiration se déclenche lors de l'entrée du  spectateur dans la tente. Cette pièce est inspirée des "Trois Grâces" de Raphaël, des trois personnages du film d'Ingmar Bergman "Cris et Chuchotements". Leurs ombres  s'associent  donc avec celle du visiteur et re-figurent un triangle entre réalité et représentation. L'ombre étant par définition une  zone d'obscurité formée par l'interception de la lumière par un corps. Le paradoxe de cette installation est que l'ombre portée vient d'une oeuvre évidée, ici les " trois Grâces" de Raphaël: l'absence y devient présence.